jeudi, juillet 17, 2008

L'Hôtel du Bûcheron n'est plus !



Après les "Chômeurs", puis la "Kenedy" l'année dernière,le petit refuge mystérieux de " l'Hôtel du Bûcheron " appelé parfois aussi " la Cabane à Arthur " ( du nom de son créateur ) a disparu dans la nuit du 2 au 3 juillet, sans doute foudroyé !
Crée en 1947 si mes souvenirs sont exacts, il est fabriqué selon une méthode canadienne, qui consiste à le recouvrir d'écorces. Sa charpente doit toutefois être refaite chaque 5 ans. Haut lieu d'histoire, ce petit refuge pouvait bien rire, tant nous l'avons cherché avec " Gretel " ! Indiqué nul part sur les cartes, nous avions à l'époque navigué à travers tout le " Chalôtet ", et tout cela n'aurait jamais pu commencé sans le livre formidable de René Weibel " Sur les traces des refuges forestiers ".

Ce petit bijou, devrait être reconstruit. Gageons qu'il restera fidèle à l'original !
Voici en souvenirs, quelques photos de ce défunt refuge.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour à tous! vous êtes peut-être au courant de cette triste nouvelle: la petite cabane en perches rondes et en écorces située vers la ferme du Chalottet aux Charbonnières en Vallée de Joux (Suisse) n'existe plus que dans les souvenirs de ceux qui ont eu la chance de la connaître... elle a brûlé dans la nuit du 2 au 3 juillet dernier sans que l'on ne sache vraiment pourquoi! Foudre, malchance ou imprudence en tout cas l'Hôtel du Bûcheron ou cabane à Arthur n'est donc plus et cela fait franchement mal au coeur! Certains en ont entendu parler, d'autres l'ont cherché sans la trouver, combien sont passés si près sans la voir, qui enfin n'a pas ressenti d'émotion à sa découverte et combien ont touché le Graal? Comme elle se méritait cette petite cabane: elle était discrète, simple et originale, authentique, décallée et atemporelle. Sa forme en "V" à l'envers et son toit en écorce dont la couche inférieure datait de sa construction nous replongeait en enfance ou dans des songes lointains tels que les contes peuvent nous en procurer (Hansel et Gretel, la cabane des nains, des fées, des shtroumpfs, des trolls, des lutins etc...). C'est précisémment grâce à Hansel que j'ai fait la connaissance il y a deux ans de cette petite merveille et je ne m'en lassais pas! C'est Arthur Rochat des Charbonnières, un solide gaillard de la Vallée aux mains fortes de bûcheron et charpentier, affublé d'une grosse barbe et d'une pipe qu'il rallumait sans cesse (parce qu'en conversation il oubliait de titrer dessus), qui a constuit cette cabane en 1942 ... fruit de son imagination, elle a été témoin de nombres émotions de randonneurs dont certains laissaient aller le crayon sur le livre de passage en se laissant guider par leur pensées du jour. Petits et grands étaient unanimes: cette cabane et j'ai du mal à en parler à l'imparfait, était un petit bijou... Son mobilier était taillé pour elle: une table, une chaise, un banc et un petit fourneau dont les portes ne fermaient plus guère! on se souvient aussi de sa porte d'entrée qui raclait le plancher en dessinant sur le sol un arc de cercle et de sa bible toujours rangée sur l'étagère du dessus...ne reste aujourd'hui de cette merveille que la barrière en bois qui l'entourait et sa présence dans le recueil "sur le chemin des refuges forestiers" de René Weibel à la page 60. Celui-ci avait d'ailleurs fort intelligemment omis de la situer sur la carte à l'inverse de toutes les autres car cette cette cabane unique se méritait vraiment!

Pour terminer je citerai Rémy Rochat, son propriétaire: "Pleurer? Peut-être. Mais surtout vouloir la reconstruire. Pour vous, pour moi, pour tous ceux qui ont des yeux pour voir et un coeur pour aimer."

Gérard

Jeff a dit…

tout d'abord, quel beau message poétique et philosophique que celui de Gérard.
Oui, ce petit refuge était unique. Pour moi il était avant tout si romantique, vu qu'il fallait le chercher longtemps, avant de le trouver sans s'y attendre.
Et il me rappelle notre rencontre, les tout débuts. Ma découverte du risoux !